"En cet envol où mon regard frôle le flamboiement céleste de l'aube

Puis s’abandonne au clair-obscur de la brune,
J’effleure des contrées aux nébuleuses e
t vierges frontières,

Des lieux inventés que vagues font danser et que brume efface,

Grandioses vastitudes, poésie épurée

Dont le mystère dissout mes horizons dans la lumière,

Une invite à l’humilité, au détachement, à la sérénité.

 

En ces espaces d’humeurs labiles où s’entrechoquent légendes marines,

Au-delà de mes appréhensions de chagrin ou de colère des cieux,

De l’aperception d’une existence infinitésimale,

Se heurtent en un tumulte de passions,

Cris d’oiseaux, déferlements de vagues et sifflement de vent.

Au-delà du péril, je cherche ce lieu de courage où, rasséréné, 

Je franchis le couloir aveugle vers l’expansion incorporelle de mon être.

 

En ces espaces erratiques où le vent colporte l’histoire du monde,

Un chuchotement répond au clapotage et apaise

Telle une berceuse chantée à l’enfant.

De la vibration sauvage à l’agitation douce,

Sensation vaporeuse d’une expiration immuable,

J’entends l’harmonique du silence,

Mantra de la création,

Murmure d’amour du creux de l’univers, 

Rumeur voilée d’éternité,

Une rumeur océane…