En tournant mon regard vers l’intérieur, des images de pieds nus s’imposent à moi. En les  projetant sur mes tableaux, ils me racontent, de par leur immobilité silencieuse ou leurs déplacements incessants, ma propre réalité humaine, ma propre histoire.
À perte d’horizon, je conquiers d’infinis paysages de terre et de lumière. À perte d’illusion, tel le pèlerin et pour mieux grandir, je chemine vers le lieu de mon essence profonde.